• institut moderne du liban
  • Collège Père Michel Khalifé
Philosophie

Philosophie

La philosophie d'un système, quel qu'il soit, c'est le principe général ou plutôt les principes généraux sur lesquels se fonde son fonctionnement en vue de réaliser les fins que ce système poursuit. Les principes généraux se résument pour l'IML, conçu comme une structure éducative et pédagogique, dans l'idéal de modernité qui est le sien et vers lequel il tend, et dans une formule heureuse que le fondateur feu Père Michel Khalifé a puisée, il y a plus de quarante ans, dans l'Oeuvre du philosophe allemand Friedrich Nietzsche, une formule qui n`est pas sans évoquer une des dimensions de cette modernité : "Le gai savoir".

La gaieté du connaître:
Connaître, c'est naître au réel et partant aux autres et à soi-même. Gaieté d'une re-naissance continuelle.
Connaître pour triompher de ce qui pose problème. Gaieté du triomphe. Connaître renforce donc le plaisir de vivre et dispose à une humeur riante. La gaieté est d'autant plus débordante que l'objet à connaître est de poids.

La passion du connaître:
Connaître, c'est prévoir. Passion d'imaginer comme possible, de se libérer du présent, d'envisager l'avenir, de projeter et de se projeter. Pour une meilleure adaptation au réel. Ou plutôt pour une meilleure interaction avec ce réel. Connaître pour vivre plus et vivre mieux. Pour survivre. La vie vaut la peine d'être vécue, si on la considère comme un moyen de connaître.

Un projet passionnant:
Connaître, c'est établir des rapports inédits entre l'homme et le réel, entre l'homme et les autres et entre l'homme et lui-même. Le jeu en vaut la chandelle. C'est que ce projet nourrit en lui-même une grande passion, la passion de découvrir des continents inexplorés et d'accéder à d'autres dimensions cachées de l'homme.
Connaître est donc un projet passionnant et ambitieux grâce auquel l'homme se branche au réel et se l'approprie en se faisant ou en se re-faisant.

Ouverture et disponibilité:
Un danger nous guette pourtant : le passé pèse sur nous et nous empêcherait parfois d'aller de l'avant. D'autant plus que l'homme a tendance à s'installer dans le prêt-à-penser. Ainsi donc, connaître est une entreprise continuelle et l'on ne connaît jamais assez. C'est que rien ne va de soi. Cela nécessite une ouverture et une disponibilité. Ici, l'accès à la "vérité" passe par la libération de l'homme des connaissances déjà cumulées. Gaieté de la libération.

Priorité à la vie:
Le connaître est au service de la vie. Mais bientôt il empêche que la vie se déploie avec toute son originalité, sa richesse et sa puissance. De là, la nécessité de retourner à la vie et de mé- connaître en quelque sorte le déjà connu.